Adolescence

Questions et réponses sur les échographies

L’échographie obstétricale est aujourd’hui l’un des outils les plus valables, bien que parfois malmené, pour surveiller le bien-être du fœtus pendant la grossesse. L’utilisation de l’échographie pendant la grossesse en Suisse, comme dans la plupart des pays européens et américains, est réglementée par des sociétés scientifiques accréditées, qui publient périodiquement des directives que les opérateurs doivent suivre afin de garantir des normes de qualité élevées qui concernent non seulement la formation des opérateurs, mais aussi le type d’examen à effectuer et la meilleure période pour le réaliser.

ÉCHOGRAPHIE DU PREMIER TRIMESTRE

Il s’agit de l’examen échographique effectué à 13+6 semaines de gestation. C’est la première étape pour démarrer la grossesse sur des bases solides.

Il permet de visualiser l’implantation correcte de la grossesse, le nombre de fœtus et la présence d’une activité cardiaque, de dater précisément la grossesse, en cas de grossesses multiples d’établir la chorionicité et l’amnioticité, s’il est effectué entre 11 et 13+6 semaines de grossesse, il permet de mesurer la NT (Translucidité Nucale) et, sous réserve du consentement éclairé, de dépister les aneuploïdies fœtales (Trisomie 21, 18,13), en utilisant également le test combiné et/ou la recherche d’ADN fœtal sur le sang maternel.

ÉCHOGRAPHIE DU DEUXIÈME TRIMESTRE

Également appelée “échographie morphologique”, elle est réalisée entre la 19e et la 22e semaine de grossesse.

Réalisée toujours après obtention du consentement éclairé, elle permet d’évaluer le nombre de fœtus, l’activité cardiaque régulière, la localisation du placenta, la croissance fœtale régulière et l’anatomie fœtale régulière.

La croissance du fœtus s’effectue par la mesure de paramètres biométriques connus sous le nom de diamètre bipariétal (DPB), circonférence crânienne (CC), circonférence abdominale (CA) et longueur fémorale (FL), qui sont reportés sur des courbes de croissance appropriées.

L’évaluation de la morphologie fœtale vise à exclure ou à reconnaître les malformations majeures.

La capacité de l’examen à détecter les anomalies anatomiques est estimée à environ 70 %, lorsqu’il est réalisé par des opérateurs expérimentés. Un diagnostiqueur prénatal expérimenté et un appareil d’échographie de pointe garantissent que l’examen est précis et détaillé pour les futurs parents. L’examen dure généralement 30 minutes, mais la durée peut varier si la position du fœtus n’est pas favorable à l’évaluation. L’importance de cette échographie implique de prendre tout le temps nécessaire à un examen correct.

Il n’est pas possible de diagnostiquer certaines malformations du développement, car les signes apparaissent tardivement au cours du troisième trimestre de la grossesse.

 

ÉCHOGRAPHIE AU TROISIÈME TRIMESTRE

Il s’agit d’une échographie réalisée entre la 29e et la 32e semaine de grossesse, dont le but est d’évaluer la croissance du fœtus, le liquide amniotique et l’insertion du placenta.

La situation en Italie n’est actuellement pas homogène en ce qui concerne le nombre d’échographies de dépistage à effectuer pendant la grossesse. Certaines régions prévoient encore trois échographies (par exemple, la Lombardie), d’autres n’en prévoient que deux (Piémont et Émilie-Romagne). Cette différence est due à l’introduction des nouveaux niveaux essentiels de soins (LEA) gérés au niveau régional.

C’est précisément l’échographie au cours du troisième trimestre qui pose la grande question.

Dans certaines régions, il est déjà indiqué que l’examen ne doit être effectué qu’en présence de facteurs de risque spécifiques (suspicion clinique de restriction de croissance ou, au contraire, de macrosomie, une pathologie de la grossesse comme le diabète gestationnel ou l’hypertension, une maladie rénale chronique, des grossesses antérieures avec de petits fœtus ou des morts fœtales antérieures in utero, une PMA, un âge maternel supérieur à 40 ans, des mères qui fument ou qui sont en surpoids). Il est vrai que nombre de ces facteurs de risque sont si généraux et répandus de nos jours qu’il est naturel de penser que l’indication d’un contrôle supplémentaire au troisième trimestre se retrouve presque toujours dans la grossesse.

Pour en savoir plus : https://sos-gynecologue.ch/gynecologie/echographie-specialisee/

 

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code